60 facilitateurs graphiques lancés en 45 minutes à l’Agile Tour nantais

par Pierrick Thibault

Lors de cet Agile Tour nantais, Romain (Couturier) et moi avions un défi pas comme les autres : former et lancer en 45′ plusieurs dizaines de facilitateurs graphiques pour capter les discussions des 3 sessions de World Café* qui jalonnaient la journée.

* Le World Café est un format permettant des échanges conviviaux avec un grand nombre de participants (250 lors de cet évènement !).

Comme rien ne se passe jamais comme prévu, à l’heure du début de la session d’initiation, on a trouvé 60 personnes devant la petite salle de 30 personnes max qu’on avait soigneusement préparée. 2 minutes de concertation : on demande aux participants de déplacer tout le matériel dans l’espace World Café et c’est parti !

L’enjeu principal identifié en préparant cette session était de décomplexer les participants vis-à-vis à leurs talents de dessinateurs : la facilitation graphique, ce n’est pas du dessin, mais simplement donner à voir des rendus clairs et impactants !

Notre feuille de route pour ces 45 minutes : briser la glace avec un petit jeu de capture rapide en binôme, entraîner les futurs scribes à réaliser rapidement des formes simples : cadres, flèches, bonshommes,  bulles, … Et au final, donner à voir le contenu d’une interview réalisée par Vincent Baillet qui nous questionnait sur le “pourquoi” de la facilitation graphique.

Les 60 personnes ont joué le jeu avec enthousiasme et sont reparties gonflées à bloc, armées de leurs feutres et identifiées par un sticker permettant de les différéntier sur les tables de discussions.

Et la magie opéra …

Les facilitateurs graphiques en herbe ont été remarquables : ils se sont tous lancés au milieu d’inconnus, en mettant de côté leurs complexes et réalisant des rendus qui nous ont vraiment bluffés :

 

Après chaque World Café, les debriefs effectués ensemble nous ont permis de constater à quel point cette expérience a été riche : les constats et questions qui ont été posés couvraient parfaitement le champ de la facilitation graphique :

  • “Ça demande énormément d’écoute !” – Oui !

  • “Ça demande un vocabulaire graphique” – Oui, il faut aller vite si on ne veut pas perdre le cours des discussions,

  • “Difficile de rendre tout sous forme de dessin !” – Pas de problème, écrivons des textes clairs avec quelques illustrations impactantes,

  • “Mais parfois, on est tenté de reformuler ce qui est dit pour mieux l’intégrer dans notre représentation.” – OK si la traduction obtient l’adhésion du groupe, mais attention, le facilitateur graphique a un devoir de neutralité, il rend compte le plus fidèlement possible de ce qui est formulé par le groupe, quitte à ce que le résultat ne soit compréhensible que par celui-ci.

  • “Peut-on à la fois faciliter les discussions et donner à voir ce qui se dit ?” – C’est difficile de faire bien les 2 en même temps. Quand on n’a pas le choix, souvent, on simplifie le rendu visuel pour permettre la simultanéité.

  • “Mais en fait, même si je ne parle pas, quand je scribe, j’ai aussi un rôle d’animateur !” – Ouiiiiiiiii !

Un grand bravo à tous ceux qui ce sont lancés pour leur courage et la qualité de leurs productions. Nous leur souhaitons beaucoup de plaisir sur le chemin de la facilitation graphique. Pour nous, cette expérience a été vraiment fun et pleine d’enseignements.

Vous aussi vous voulez vous lancer ? Voici quelques liens pour aller plus loin :

Les commentaires sont fermés.