Mais au fait, le « coaching agile », c’est quoi ?

Lorsque nous rencontrons une équipe ou une organisation sollicitant un accompagnement, il est toujours nécessaire de prendre le temps d’expliquer en quoi consiste notre accompagnement. Cet article répond aux questions les plus courantes.

Le terme “coach agile”, bien que le plus usité ne représente qu’une partie des postures de l’“accompagnateur”. Successivement formateur, coach, facilitateur, avec parfois une touche de prescripteur, il adapte son intervention au moment et aux besoins de l’équipe.

L’objectif de l’accompagnement : il s’appuie forcément sur l’objectif de l’équipe. L’agilité n’est pas une finalité en soi, le but est d’atteindre des améliorations significatives sur des points spécifiques à l’entreprise accompagnée, qui ont de la valeur pour elle et ses collaborateurs. Mais plus généralement, le coach agile va viser :

  • L’autonomie de l’équipe sur son cadre de travail agile,

  • Une progression significative vers les objectifs spécifiques sur lesquels on s’est mis d’accord,

  • La continuité de cette progression après son départ.

Les principes de l’accompagnement :

  • Adopter le bon rythme : pas de big bang traumatisant, des petits pas, une vitesse adaptée à l’équipe et son contexte permettant d’embarquer tout le monde.

  • Prioriser : viser d’abord les adaptations qui vont apporter des résultats en lien avec les objectifs spécifiques.

  • Aider l’équipe à trouver ses propres solutions : le coach agile ne trouve pas des solutions à la place de l’équipe, il apporte de la matière (principes, rôles et responsabilités, réunions types, affichages visuels, bonnes pratiques, …) mais sous forme de propositions plutôt que préconisations.

  • Veiller d’abord à l’appropriation par les parties prenantes de l’état d’esprit plus que de l’outillage.

  • Laisser faire : l’intervention du coach se fait à des moments clés, rarement plus d’une journée à la fois, espacés par des temps où l’équipe fait par elle-même.

  • S’éloigner : l’accompagnement est dégressif au fil du temps.

Les étapes d’un accompagnement type  :

  • Des objectifs partagés : Que souhaite-t-on gagner ? Comment le saura-t-on ?

  • Un alignement de tous sur une même vision de ce qu’est l’agilité : qu’est-ce que l’agilité ? En quoi peut-elle nous aider à avancer vers nos objectifs ? Qu’est-ce que ça va changer pour nous ? Qu’attend-on de chacun ? Cette phase est souvent une formation commune avec une large place pour les échanges.

  • Un cadre agile co-construit : l’équipe, en se basant sur sa compréhension de l’agilité et avec l’aide du coach, conçoit un cadre adapté à son contexte répondant à ses objectifs et ses contraintes propres. Ce cadre n’est qu’une première version qui ne cessera plus d’évoluer.

  • La mise en place : il s’agit ici de partir ensemble à une date (le plus tôt possible) et un périmètre de départ. On affecte les rôles, on décide des dates de réunions. Go !

  • Des personnes bien dans leur rôle : le coach accompagne chaque acteur sur ses activités spécifiques, ses responsabilités, sa posture et ses interactions avec les autres rôles.

  • Des temps collectifs bien menés : les premiers temps collectifs sont facilités par le coach qui passe très rapidement la main à un facilitateur identifié dans l’équipe.

  • Un cadre qui n’en finit plus d’évoluer : le coach aide l’équipe à rendre vivant son cycle d’inspection – adaptation en amenant l’équipe à développer sa capacité de résolution de problèmes.

  • Un accompagnement au besoin : sur des moments clés qui le nécessitent (un moment difficile avec un client, un problème ardu à résoudre, un manque sur un point précis, …) le coach agile prend des nouvelles et apporte du soutien à la demande.

Ces étapes sont une bonne illustration d’un accompagnement type, mais elles sont adaptées à chaque demande en fonction du temps accordé, des objectifs et du contexte.

Tout commence par… une rencontre !

Les commentaires sont fermés.